Le Club des Démocrates

Un lieu de libres débats sur la citoyenneté, la vie politique française et les partis

Posts Tagged ‘Actualités’

Elections municipales et cantonales : une authentique et profonde poussée de la démocratie

Posted by picharotte sur 17 mars 2008

Ne nous laissons pas abuser par les premiers commentaires des journalistes. C’est évident, la poussée de la gauche dans les municipales s’apparente à un vote sanction..

Mais le plus important, c’est surtout la constatation que, partout, l’exigence démocratique se fait plus forte et plus véhémente.

Quand cela a été possible, dès que cela a été possible, les électeurs ont privilégié des candidats ayant exprimé une forte éthique, des candidats qui se battaient pour une véritable démocratie, associant les habitants.

A Morlaàs, où le Club des Démocrates soutenait Stéphane Coillard, candidat socialiste, le canton a basculé à gauche pour la première fois de son histoire.

C’était pourtant une triangulaire difficile. Mais, au delà de son appartenance au Parti socialiste, Stéphane Coillard, est, tout au long de la campagne, resté irréprochable. Les coups bas, les revirements, les chausse-trappes politiques ne lui ont pas été épargnés. Il n’a jamais cédé à la facilité de l’invective ou du calcul politicien.

Il a au contraire porté bien haut ses valeurs et proclamé son éthique. Au point d’être accusé de faiblesse pour son refus de polémiques stériles.

Voilà l’engagement qu’il a pris publiquement, par écrit, pendant la campagne des cantonales et dont il a rappelé, maintes fois, les termes :

« Je m’engage si je suis élu :

A être présent à toutes les commissions auxquelles je serai désigné

A vous rendre compte de mon action et de mes votes

A travailler équitablement avec tous les élus, dans l’intérêt général du canton

A ne briguer aucun autre mandat exécutif pour rester disponible et efficace

A ne pas briguer plus de 2 mandats consécutifs de conseiller général. »

Le club des démocrates est fier de l’avoir soutenu et d’être pour un petit quelque chose dans son élection

Là est la voie : celle de la démocratie retrouvée, celle de la réappropriation de la politique par les citoyens.

L’autre candidat soutenu par le Club des démocrates était Alain Chauteau.

On connait les difficultés qu’Alain a rencontré dans sa campagne et notamment les infâmes pressions qu’il a eu à subir de la part du Modem et particulièrement de François Bayrou.

Les résultats sont là : Jean Arriau, le maire UMP soutenu par François Bayrou est battu et perd son fauteuil de maire et de conseiller général.

Le candidat du parti socialiste Jean Yves Lalanne est élu à la mairie et le canton revient aussi à une candidate du PS. C’est la fin d’un mandarinat poussif et obsolète.

Les milliers de voix qui ont soutenu Alain Chauteau vont maintenant pouvoir s’investir dans un travail de citoyens en collaboration avec la mairie et il faudra suivre de près toutes les initiatives qui seront prises.

En guise de conclusion provisoire.

François Bayrou, l’homme qui, en 2007, avait levé cet immense espoir de renouveau dans la politique, et qui s’est abaissé à tant de mesquines tractations politiciennes durant cette campagne, François Bayrou a échoué dans la ville de Pau. Et il faut y voir, là aussi, l’expression de la maturité des électeurs et de leur exigence démocratique.

Que va devenir le Modem ?

D’après Gérard Courtois, éditorialiste du « Monde » « Après la défaite de François Bayrou à Pau, le MoDem va peu ou prou s’effacer au sein des majorités qu’il a rejointes, soit de gauche, soit de droite ».

C’est toute la question !

Alain Picharotte

Publicités

Posted in Non classé | Tagué: | Leave a Comment »

François Bayrou est -il le porteur unique de l’anneau démocrate ?

Posted by picharotte sur 11 mars 2008

Il est probable que, dans les 30 années qui viennent, notre pays aura, comme l’Europe toute entière, à relever trois grands défis dont le premier est certain puisque il est déjà notre quotidien :

1 Il nous faudra continuer à nous adapter à la mondialisation et à son cortège de dérégulations industrielles et sociales.

2 Il va nous falloir organiser la lutte contre le réchauffement climatique ; et ceci à tous les niveaux de la société, à l’échelon local, régional, national et international.

3 Il va nous falloir affronter la cherté de l’énergie et tout particulièrement du pétrole dont le prix a dépassé récemment les 104 dollars le baril.(et ce n’est pas fini…)

Pour faire face à ces 3 défis une nouvelle organisation de notre société sera nécessaire. Et pour construire cette nouvelle organisation, 2 solutions :

1° la classe politique garde la main mise totale sur les affaires du pays comme actuellement le fait notre petit président. Au pire s’installe une gouvernement totalitaire qui voudra imposer des solutions au prix de convulsions sociales. Au mieux, un gouvernement de salut public prend des dispositions qui vont dans le bon sens mais avec les méthodes connues de la coercition, (loi martiale, rationnement, lois d’exception etc…).

2° Les citoyens dans un sursaut démocratique s’emparent des affaires publiques et par leurs représentants démocratiquement désignés, proposent des solutions difficiles mais volontaires et concertées.

C’est la seconde solution qui est à la fois la solution la plus efficace et la plus durable. Le seul moyen de surmonter ces « difficultés » c’est bien que les citoyens prennent eux mêmes en main leur destin et assument la responsabilité des solutions drastiques qui devront être mises en oeuvre. Voilà pourquoi la démocratie est aujourd’hui particulièrement d’actualité. Il s’agit d’une démocratie exigeante pour tout le monde y compris pour les citoyens.

Il y a nécessité absolue à ce que la politique retrouve droit de cité. François Bayrou ne peut, à lui seul, porter cette responsabilité.

Personne d’ailleurs ne le peut.

Alain Picharotte

Posted in Pantins et polichinelles | Tagué: | Leave a Comment »

Nouvelles de Gironde (3)

Posted by picharotte sur 11 mars 2008

C- La « désobéissance » : Mérignac et Bordeaux

Jean-Pierre ARNAUD , militant de longue date, et très connu localement, dirige la section MoDem de Mérignac. Il est, lui, soucieux de démocratie, et, conformément à l’article 18 des statuts, il réunit les adhérents MoDem de Mérignac pour les consulter. A l’issue de 4 heures de débat, en présence de D.CAZABONNE , les 41 participants votent : 40 sont pour une liste autonome, si cela est possible et « rentable », ou bien pour une alliance avec le maire socialiste sortant M. SAINTE-MARIE ; 1 seule voix pour une alliance avec l’UMP. D. CAZABONNE, furieux, quitte la salle en menaçant toute la section d’exclusion, pour désobéissance envers la « stratégie nationale ». Aujourd’hui, il y a donc à Mérignac 1 candidat « MoDem » officiel (Fabien ROTHE) sur la liste UMP, et 3 candidats (dont J.P. ARNAUD) sur la liste socialiste. Bien qu’ils se soient mis en congé de parti (ils se présentent sous l’étiquette « démocrates en mouvement »), ils sont quand même suspendus !

A Bordeaux, on l’a bien compris, les adhérents n’ont jamais été consultés. L’article 18 des statuts, la direction fédérale s’assoit dessus. Elle préfère faire croire que tout le monde (sauf quelques « gauchistes » infiltrés) applaudit au « partenariat » avec le « bon maire » Juppé (puisque Bayrou lui-même l’a dit). Les militants qui savent très bien que tout cela n’est que le résultat d’une manipulation de longue date ont maintenant le choix entre deux solutions : faire les morts ou faire quelque chose.

Ils décident plutôt de faire quelque chose : contact est pris avec Alain ROUSSET (candidat PS). On s’aperçoit qu’aucun véritable contact n’avait été pris auparavant (contrairement à ce que pourrait laisser croire l’article de « Marianne »). Le projet MoDem « Bordeaux 2008 » est pris beaucoup plus au sérieux par ROUSSET que par JUPPE. Il accepte de signer un « accord programmatique » avec les 2 représentants du MoDem qui seront sur sa liste (dont un, Bruno ROUZADE, est adhérent depuis 5 ans, donc « UDF »). Ces deux militants sont bien sûr immédiatement suspendus. Pour faire bonne mesure, Olivier DEFOSSEZ est lui aussi suspendu, accusé d’avoir trop porté la contradiction…et d’être un « sous-marin » du PS. Son nom disparaît (sans explications !) de la liste des élus au CN.

D- Et maintenant ?

Le MoDem est profondément divisé (comme il peut l’être à Lyon) : les UDF qui « tiennent leur boutique », au prix du plus grand mépris pour la démocratie interne ; les adhérents récents « de sensibilité de gauche », qui n’ont pas adhéré au MoDem pour se retrouver instrumentalisés dans un parti de droite ; des adhérents « centraux », anciens ou nouveaux, qui déplorent ce qui se passe et aimeraient bien que ça change. De la capacité des deux derniers groupes à se fédérer dépendra la survie du MoDem.

Paul CROS

Espace Démocrate 33

Posted in Non classé | Tagué: , | Leave a Comment »

Nouvelles de Gironde (1)

Posted by picharotte sur 11 mars 2008

A-Le clair et l’obscur

La situation en Gironde est à la fois claire, et obscure si l’on veut bien faire semblant d’être naïf.

Elle est claire puisqu’on peut constater aujourd’hui la réalité des accords UMP-MoDem, non seulement à Bordeaux, avec Juppé, mais dans toutes les communes de la Communauté Urbaine (Mérignac, Talence,etc…) et même plus largement en Gironde. Cet accord s’élargit aux cantonales où on a des tandems (candidat + suppléant) UMP-MoDem.

Autant dire qu’en Gironde le MoDem a abandonné toute prétention à l’autonomie et apparaît nettement comme un parti de droite, volant même au secours de l’UMP menacée de recevoir une râclée socialiste. Pour essayer de faire passer cette stratégie « à droite toutes » on tente de la présenter comme « non-sarkozyste », comme en témoignerait la « compréhension » entre Bayrou et Juppé.

Un article est consacré à Bordeaux dans le n°566 de « Marianne ». Un encart intitulé « Bayrou-Juppé : l’axe et les circonstances » résume bien cela. Je le cite :

« L’accord au sommet a été conclu à Paris. Alliance de circonstance : François Bayrou ne peut espérer gagner Pau sans le soutien d’une personnalité d’envergure issue de la droite, tandis qu’Alain Juppé, s’il avait été confronté à une candidature MoDem à Bordeaux, aurait dû porter le chapeau de l’impopularité de l’éxécutif. Au-delà, le pacte aquitain scelle une promesse à plus long terme. En 2012, le fondateur de l’UMP, et celui qui s’y était si théâtralement opposé, auront besoin l’un de l’autre pour prendre leur revanche sur Nicolas Sarkozy. Celui qui sera en situation fera donc la courte échelle à l’autre.

Dans cette perspective, les deux chefs ont fait la police dans leurs rangs. A Bordeaux, les « modemistes », qui avaient rédigé un projet dans l’espoir d’une troisième voie, ont été priés de le ranger fissa. L’ex-UDF Véronique Fayet, qui a cru pouvoir partir en solo, et a même évoqué avec Alain Rousset un ticket PS-MoDem, a dû remiser l’écharpe orange et s’inscrire sur la liste bleue de Juppé… »

La dernière phrase exagère un peu les tentations et tentatives d’indépendance de Véronique Fayet (elle me l’a dit elle-même), mais pour le reste c’est tout à fait pertinent.

Ce qui n’est pas clair (à condition d’être passablement naïf) c’est comment on en est arrivés là. Bien évidemment, les militants n’ont pas été associés à l’élaboration de cette stratégie politique. Tout cela s’est fait « au sommet » et « en coulisses » entre la direction fédérale (Didier Cazabonne) la direction nationale (difficile de penser que Bayrou n’a joué aucun rôle), Juppé et l’UMP locale. Les militants n’ont pas été invités à se mêler de tout ça : c’est une affaire de « pros » de la politique.

Ce que dit Joan TARIS (il fait partie de la « garde rapprochée » de D. Cazabonne) le 06 / 02 au journal Sud-Ouest est éclairant : il nous apprend que le nombre d’adhérents est passé de 700 à 1900 entre avril et octobre 2007 et que ce sont ces nouveaux adhérents (largement majoritaires donc) qui constituent un « terrain favorable » à une tentative de « déstabilisation interne »

LIRE : ICI

Tout est dit dans cet aveu : depuis Juin 2007, après les législatives et dans la perspective des futures élections locales, toute la stratégie des dirigeants fédéraux et de leur petite armée d’élus (de droite, forcément !) a consisté à neutraliser ces nouveaux adhérents (en commençant par ne pas les réunir) pour les empêcher d’imposer la ligne du MoDem : l’autonomie. Nul besoin de réfléchir beaucoup pour comprendre que l’autonomie signifie à terme l’abandon de l’alliance automatique à droite. Non seulement les élus ont leurs « places » grâce à cette alliance, mais en plus, il faut oser le dire, la plupart sont vraiment de droite.

Pour empêcher cette majorité de nouveaux adhérents « déstabilisants » de faire entendre leur voix et d’agir ensemble, on va avoir recours aux pratiques antidémocratiques les plus ahurissantes de la part d’un parti… »démocrate ». Et ça, on le sait, pas seulement en Gironde.

Prenons l’exemple de Véronique FAYET, nommée au Bureau Exécutif national, membre du Comité Départemental Provisoire, animatrice du projet « Bordeaux 2008 », et maintenant sur la liste de Juppé (sans grand enthousiasme). Le 31 / 12 elle démissionne du Comité départemental provisoire et publie cette lettre :

Lettre ouverte aux membres du Conseil Départemental Provisoire du MoDem Gironde

Bordeaux, le 31 décembre 2007

Chers amis,

Avec vous, j’ai cru que le Comité Départemental provisoire dont nous avions voulu, ensemble, la mise en place, au lendemain de Seignosse serait un lieu exemplaire de démocratie !

Comme vous, je souhaitais que cette instance soit l’expression et l’incarnation de la diversité de notre jeune parti et permette à chacun de trouver là, le lieu où exprimer librement ses attentes et ses aspirations Comme vous, je pensais que nous devions tourner le dos à un fonctionnement centralisé voir autocratique où les décisions sont prises par quelques uns et relayées dans la presse avant même que le débat ait eu lieu. Comme vous, j’estimais venu le temps de la transparence et de la collégialité .

Aujourd’hui, j’ai décidé de démissionner du Conseil Départemental Provisoire du MoDem Gironde parce que je fais le constat qu’aucune de ces espérances, qui justifiaient la création de ce comité ne se sont réalisées. Je ne souhaite plus cautionner ou être associée à un fonctionnement qui manque totalement de transparence et qui ne représente pas le pluralisme exigeant des adhérents du MoDem. Pour ne pas nuire à l’unité et à la cohésion du MoDem girondin, j’ai accepté, vous le savez, certains compromis, mais je ne peux tolérer plus longtemps que ce comité soit instrumentalisé et détourné de sa vocation initiale. Actuellement, seule une information filtrée par le Président circule ! Toutes les diffusions que j’ai demandées m’ont été refusées :

- un communiqué de presse du 28/9 qui intéressait pourtant tous les militants de Bordeaux et de la CUB,

- une lettre du 31/10 adressée, aux membres du Comité Départemental… et jamais diffusée !

- une interview du journal Sud Ouest le 5/12 relatant les raisons, de ma probable alliance avec Alain JUPPE pour les municipales.

- Etc. ….

Même la liste des membres du Comité Départemental, appelés à travailler ensemble est restée secrète, interdisant tout échange : elle a fini par m’être communiquée cette semaine après plusieurs demandes insistantes !

Enfin, il y a quelques jours, Didier CAZABONNE a refusé de me transmettre le fichier des adhérents de Bordeaux alors que j’ai été nommée, par vous, responsable du projet Bordeaux 2008 et que la campagne municipale démarre !

J’avais pourtant entendu, comme vous, que François BAYROU, lors de sa venue à Bordeaux, avait souhaité que chaque responsable communal dispose du fichier des militants de sa commune pour travailler plus efficacement : j’ai dû rêver !

Une chose est sûre, François BAYROU m’a fait l’honneur et la confiance de me nommer membre du Bureau Exécutif National. Didier CAZABONNE, lui, ne me fait pas confiance !

J’en prends acte et je me désolidarise de la gestion actuelle de la Fédération de Gironde.

Je vais, pendant quelques semaines concentrer toutes mes forces sur la campagne municipale à Bordeaux. Les négociations avec Alain JUPPE sont d’ailleurs loin d’être terminées …

Vigilante et déterminée dans mon action publique au service de tous ceux qui font confiance au MoDem, je reste bien sûr à votre disposition pour partager vos éventuelles questions et réactions.

Je vous souhaite une excellente année 2008,

Bien amicalement.

Véronique FAYET

Quand on voit ce qu’il en est vis à vis de Véronique Fayet, on peut imaginer l’attitude vis à vis des militants de base « déstabilisants » !…

A SUIVRE

Paul Cros

Espace Démocrate 33

Posted in Non classé | Tagué: , | Leave a Comment »

Les 7 critères pour reconnaître un démocrate

Posted by picharotte sur 7 mars 2008

1°) Etre au quotidien un citoyen à part entière.

Un démocrate est avant tout un homme ou une femme ordinaire et qui n’entend pas changer même en cas de victoire électorale. Il ne fait pas de son élection une ambition personnelle. Il restera un citoyen, vivra normalement, travaillera normalement. Surtout qu’on ne me dise pas que c’est impossible. J’en connais un certain nombre qui sont ou ont été d’excellents maires. Bien sûr, il faut s’appuyer sur ses conseillers municipaux (d’où l’importance de la constitution d’une liste solide) et sur les services municipaux qui sont d’ailleurs là pour ça et qui sont le plus souvent parfaitement compétents.

2°) Exercer un seul mandat à la fois. Un démocrate exerce un mandat unique pour être à la fois présent (dans ses permanences par exemple) et disponible (pour les multiples sollicitations intérieures et extérieures). Il ne peut cumuler un autre mandat sauf exception (maire d’un village de moins de 300 habitants et député ou maire d’un village de moins de 300 habitants et conseiller général).

3°) Exercer deux mandats consécutifs au maximum

Rester un citoyen ordinaire cela impique évidemment qu’un démocrate n’envisage pas de professionnaliser son activité politique. Au contraire, il se fixe un maximum de 2 mandats, ce qui l’oblige à préparer sa succession pendant le deuxième mandat de manière à assurer une continuité dans la responsabilité de maire.Un vrai démocrate ne s’acharnera pas à rester au pouvoir après 65 ans. Comme l’immense majorité des français, il partira à la retraite pour visiter le monde et jouir de l’existence de ses petits enfants…

4°) Travailler en équipe

Un démocrate travaille en équipe. La liste qu’il construit est constituée d’hommes et de femmes de valeur, partageant les mêmes intérêts que lui. Ils sont de véritables collaborateurs qui vont mener avec lui une réflexion pendant la campagne et qui exerceront les responsabilités pendant la mandature en synergie avec lui.

5°) Promouvoir la transparence au sein du conseil municipal.

Un démocrate, parce qu’il n’a rien à cacher, organise son travail dans la plus grande transparence. Les projets sont traités et les décisions sont prises au grand jour, partagés par tous ceux qui doivent y être associés. Le démocrate informe les conseillers municipaux de l’avancée de sa réflexion. Il les associe dans les décisions. Dans la gestion courante de la municipalité, il pratique largement la délégation de responsabilités.

6°) Favoriser l’expression de la pluralité des opinions.

Un démocrate respecte son opposition, sachant qu’elle est indispensable au fonctionnement correct de la démocratie. Il lui confiera des responsabilités comme celle dela commissions finances par exemple.Il la tiendra informée en tenps et en heure des projets et des échéances muncipales. Le budget doit ainsi être présenté sous une forme compréhensible aux conseillers de l’opposition. Il n’est pas interdit dans ce cas de figure de se donner l’objectif d’un vote unanime, même si dans certains cas cela se révèle impossible.

7°) Considèrer les habitants comme des partenaires.

Un démocrate s’engage à rendre des comptes à ses concitoyens sur ses projets et leurs coûts. Dans le cas de gros investissements, il doit les associer à la décision par des référendums municipaux.. Bien entendu, il rend compte de sa gestion ordinaire. Il existe pour cela bien des moyens qui garantissent une bonne information : réunions publiques de quartiers, blogs, publications. Itv radios associatives etc… Dans le cas de villes importantes, il peut impulser ou faciliter la constitution d’associations d’habitants dont le but est d’être un interlocuteur privilégié de la mairie.

J’attends vos suggestions, vos compléments, vos critiques !

 

Posted in Non classé | Tagué: , | Leave a Comment »